La ministre du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Économie sociale et solidaire, Fatim-Zahra Ammor, a affirmé que son département a élaboré, en perspective de la réouverture des frontières, un programme basé sur des partenariats avec des voyagistes internationaux et des compagnies aériennes.

En réponse à une question centrale à la Chambre des conseillers sur « le plan d’urgence pour le soutien du tourisme et les mesures prises dans les secteurs du tourisme, de l’artisanat, de l’économie sociale et solidaire”, Ammor a souligné que le ministère, par le biais de l’Office National Marocain du Tourisme (ONMT), a élaboré un programme basé sur des partenariats avec des voyagistes internationaux tels que Global Caravan et FTI Touristik et des compagnies aériennes à l’instar de Ryanair, EasyJet et Transavia, ainsi que sur divers moyens de promotion marketing, notamment des plateformes numériques.

A cet égard, la ministre a précisé que 35 accords ont été conclus avec 15 partenaires pour assurer une forte reprise du tourisme et une affluence de touristes étrangers après l’ouverture des frontières.

Elle a également fait part de la préparation d’une campagne de communication pour promouvoir mondialement la destination “Maroc” à travers des spots publicitaires qui démarrera dès le retour des touristes étrangers.

Parallèlement, Mme Ammor a exposé l’état du secteur touristique depuis la crise sanitaire, lequel a été fortement affecté, notamment par une baisse sans précédent de 71% des arrivées touristiques en 2021 par rapport à 2019, et des pertes, sur deux ans, de 20 millions de voyageurs et de 90 milliards de dirhams (MMDH) de revenus en devises.

Après avoir abordé le plan d’urgence de 2 MMDH visant à préserver les emplois, permettre aux entreprises touristiques de faire face aux contraintes financières et les appuyer dans la reprise de l’activité, la ministre a passé en revue les cinq mesures effectives incluses dans ce plan.

À LIRE  Tourisme: Les perspectives sont “très prometteuses”, selon la ministre

Pour mettre en œuvre ces mesures dans les meilleurs délais, poursuit Mme Ammor, des concertations ont eu lieu avec les autres intervenants pour la préparation d’un projet de décret sur les indemnisations forfaitaires et de 4 conventions relatives au report des cotisations, à un moratoire sur les échéances bancaires avec prise en charge par l’Etat des intérêts intercalaires et de la taxe professionnelle due par les hôteliers qui seront subventionnés à hauteur de 1 MMDH. S’agissant de l’offre touristique, Mme Ammor a expliqué que le plan du ministère s’appuie sur les résultats des études menées par l’ONMT pour appréhender les exigences de la clientèle étrangère et marocaine vis-à-vis du produit touristique, rappelant que ces études ont permis d’identifier les comportements des touristes et leurs besoins, notamment ceux liés au tourisme culturel, écologique, rural, sportif et balnéaire, ainsi qu’au tourisme de congrès et d’affaires.

Relevant que les efforts se poursuivent en faveur des entreprises touristiques à travers un programme spécial d’appui, principalement dédié aux petites et moyennes entreprises et aux entreprises d’affaires, la ministre a souligné qu’une opération pilote a été lancée à Marrakech et à Agadir et devrait être généralisée au reste des villes.

Elle a également rappelé le choix porté sur Marrakech par l’Organisation Mondiale du Tourisme pour y installer sa première antenne africaine, ce qui permettra au Maroc de rayonner à l’échelle mondiale. Sur le plan des partenariats avec d’autres secteurs et collectivités locales, Mme Ammor a signalé que son département œuvre à l’amélioration de l’attractivité du produit touristique et à l’adaptation de l’offre aux nouvelles exigences des voyageurs, notant que dans le cadre du tourisme culturel, la contribution au programme de valorisation s’est poursuivi avec 8 “anciennes médinas”, en plus des programmes de transformation des palais en hôtels authentiques et de diversification de l’offre touristique de la ville de Ouarzazate.

À LIRE  Le gouvernement répond aux allégations tendancieuses de Human Rights Watch”

Pour ce qui est du tourisme de congrès et d’affaires, la ministre a évoqué le projet du Centre des Congrès et des expositions de Marrakech, qui placera le Maroc parmi les 10 premières destinations mondiales dans ce domaine. Elle a également abordé les initiatives visant à promouvoir le tourisme intérieur, qui représente environ 30% des nuitées dans les établissements classés, ainsi que le secteur de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire.