actualités

La traversée d’une influenceuse avec les migrants en Méditerranée fait polémique

La traversée d’une influenceuse avec les migrants en Méditerranée fait polémique 2

Des influenceuses tunisiennes traversent la Méditerranée et font scandale avec leurs vidéos TikTok.

Dans une vidéo postée sur son compte TikTok, l’influenceuse tunisienne Chaïma Ben Mahmoud, soigneusement maquillée, filme son exil en mer direction l’île italienne de Lampedusa. Une vision glamour mais faussée de la traversée de la Méditerranée, qui reste la route migratoire la plus meurtrière au monde. Trois mois plus tôt, une autre jeune femme tunisienne avait elle aussi fait scandale en publiant sur les réseaux sociaux une photo d’elle sur une petite embarcation au milieu de la mer.

» Sérieusement, la peur était extraordinaire, la mer était vraiment agitée – vous m’entendez ? Dans le bateau, nous avons tous dit une prière et nous nous sommes préparés à la mort. Nous étions tellement terrifiés. Quand ils nous ont dit que nous étions arrivés dans les eaux italiennes, nous ne l’avons pas cru.», a déclaré Chaima Ben Mahmoude, influenceur sur les médias sociaux.

Et d’ajouter : «J’ai beaucoup d’amis qui ont fait la harka et qui ont trouvé des opportunités en Europe. Ils ont mis dans mon esprit l’espoir qu’il y a du travail, qu’il y a beaucoup d’argent, qu’il y a beaucoup de choses qui peuvent changer ma vie comme ça a été le cas pour eux.»

Pourtant, le méditerrané est depuis un véritable cimetière pour les migrants. Selon le projet «Missing Migrants», plus de 2 000 personnes ont été portées disparues en Méditerranée en 2021.

En novembre, une autre influenceuse tunisienne avait fait polémique, en publiant sur Instagram une photo d’elle pendant la traversée. Sabee al Saidi, 18 ans, posait à bord d’un petit bateau en bois, en pleine mer.

La traversée d’une influenceuse avec les migrants en Méditerranée fait polémique 3

Ces images idéalisées de la Méditerranée véhiculent une image glamour des traversées alors même que cette voie maritime, empruntée par des dizaines de milliers de personnes chaque année, est la route migratoire la plus meurtrière au monde.

  Retrait des forces russes déployées près de la frontière ukrainienne

Selon le projet «Missing Migrants» de l’Organisation internationale des migrations (OIM), 2 048 personnes ont été portées disparues en Méditerranée en 2021, et 23 000 sont mortes depuis 2014.

Tour Eiffel et BMW
Une fois arrivées en Europe, les influenceuses, elles, continuent de documenter leur vie sur les réseaux sociaux. Là encore de manière complètement idéalisée. Sur le compte Instagram de Chaïma Ben Mahmoud, on peut voir la jeune femme poser au pied de la Tour Eiffel, à Paris. Son petit ami lui aussi se filme en train de chanter dans un appartement vide, et de se promener dans les rues de la capitale.

En novembre, Sabee al Saidi avait elle aussi posté des vidéos, depuis supprimées, dans une voiture BMW. Un quotidien en totale contradiction avec celui vécu par des milliers d’autres migrants en Europe, souvent percutés de plein fouet par une grande précarité dès leur arrivée.

La jeune fille nommée Sabee Al Saidi, originaire de la ville de Sfax, le cœur industriel de la Tunisie, a posté des “stories” sur son profil Instagram aux 280 000 followers dans lesquelles elle expliquait qu’elle se rendait illégalement en Italie à bord d’un petit bateau de pêche avec une dizaine d’autres jeunes. Elle a également posté des photos d’elle souriant et ” posant ” à bord du bateau, vraisemblablement peu après son départ des côtes tunisiennes. Suite à la controverse en Tunisie, elle a publié une deuxième vidéo après son arrivée en Italie, à Lampedusa, affirmant qu’elle n’encourageait pas les jeunes à émigrer illégalement et ajoutant qu’elle n’était pas la première à filmer la traversée illégale. La jeune femme de 18 ans explique dans la vidéo qu’elle a été “forcée” de quitter son pays en raison de conditions sociales difficiles. L’instagrameuse tunisienne a raconté dans la vidéo qu’elle a passé deux jours à bord du bateau se dirigeant vers les côtes italiennes, décrivant l’expérience comme “terrible” et expliquant qu’elle était “très proche de la mort”.

Ir arriba