Selon une étude réalisée par cinq chercheurs de la Faculté de médecine et de pharmacie relevant de l’Université Hassan II de Casablanca, Réalisée en 2021 et parue cette semaine dans la revue scientifique «European Journal of Public Health»

Le nombre de jeunes médecins souhaitant quitter le Maroc pour exercer leur profession à l’étranger ne cesse d’augmenter. Une nouvelle étude réalisée par cinq chercheurs de la Faculté de médecine et de pharmacie relevant de l’Université Hassan II de Casablanca le confirme.

En effet, cette étude sur la prévalence des intentions de migration chez les étudiants en dernière année de médecine révèle que plus des deux tiers d’entre eux (71,1%) envisagent de quitter le pays.

«Parmi les raisons évoquées par les étudiants ayant répondu favorablement à la migration, on trouve l’ambition de faire carrière à l’étranger, en raison de meilleures opportunités de développement (97,6%), de meilleures conditions de travail (99%) et une meilleure qualité de vie dans le pays d’accueil (97,2%).

En outre, la majorité écrasante de ces étudiants a exprimé son insatisfaction quant à la qualité de formation actuelle (95,2%) et au salaire (97%). Enfin, pour 83,6%, c’est le dénigrement des professionnels de la santé dans les médias qui les pousse à quitter le pays», révèle l’étude qui s’est basée sur les réponses de 251 étudiants de dernière année de médecine à la Faculté de Casablanca.

Dans l’étude, les jeunes femmes représentent près des deux tiers de ceux qui veulent immigrer et que l’intention de partir à l’étranger n’a aucun rapport avec la situation ou le profil socio-économique des étudiants.

À LIRE  Pâques, Ramadan, Pessah : le jeûne des trois religions monothéistes tombent en même temps cette année

Afin de pallier à ce manque d’effectif , le Maroc envisage d’augmenter les salaires des travailleurs de la santé et de mettre en place différentes incitations fiscales afin d’attirer des investisseurs ainsi que des médecins étrangers, en plus d’encourager les médecins marocains à rester dans le secteur public.

Le nombre de médecins s’élève actuellement à 8.442 en médecine générale et à 14.932 en médecine spécialisée et que le Maroc aurait besoin de 32.387 médecins.

Un objectif difficile à atteindre, surtout lorsque l’on sait que seulement 1.200 nouveaux médecins sont diplômés chaque année et que la majorité d’entre eux rêve de partir à l’étranger.