Les sanctions économiques contre la Russie touchent son économie, mais aussi tous ceux qui y résident. Ils sont quelques milliers de Marocains installés dans le pays. Et ils subissent comme tout le monde de nombreux blocages, notamment celui du transfert d’argent depuis le Maroc.

Les sanctions économiques s’enchaînent contre la Russie après son opération militaire en Ukraine le 24 février dernier. La plus importante est sans doute celle qu’on appelle aussi «la bombe nucléaire économique» : il s’agit de l’exclusion de certaines banques russes du système Swift.

Dès l’annonce des sanctions, les Marocains de Russie craignaient le pire. Sur le réseau social Facebook, un groupe d’étudiants rassemblant plus de 7.000 Marocains ne savent plus à quel saint se vouer. Certains ont tenté d’anticiper, mais l’impact est si énorme qu’ils n’ont pas pu y échapper. Plusieurs affirment que les transferts d’argent sont bloqués depuis le Maroc.

Bien que pour le moment, la vie y suit son cours normal, les Marocains en Russie, majoritairement des étudiants, et leurs familles au Maroc craignent que les prochains jours leur réservent de mauvaises surprises. «Mon fils est étudiant en quatrième année de médecine à l’Université de Tambov en Russie. Ce n’est pas très loin de l’Ukraine. J’ai peur que la situation dégénère et que les attaques arrivent rapidement à l’endroit où il se trouve. Je m’inquiète beaucoup pour lui. Même si je l’appelle tous les jours et qu’il me rassure en me disant que tout est normal, je ne peux m’empêcher d’avoir peur», témoigne Fatima. Sur les réseaux sociaux, de plus en plus d’étudiants marocains en Russie expriment leur inquiétude. Ces derniers ont notamment peur d’une riposte ukrainienne puisque de nombreux pays occidentaux ont annoncé qu’ils allaient envoyer du matériel militaire en Ukraine. «Pour l’instant, tout va bien.

À LIRE  Covid-19/Maroc: 127 nouvelles guérisons et 97 nouveaux cas, 5.000 au total