Le nombre de Marocains qui ont réussi à quitter l’Ukraine via les pays frontaliers est passé à 2.030 mardi après-midi, selon les chiffres du ministère des Affaires étrangères.

Le ministère s’attend à ce que ce nombre augmente dans les prochains jours. La plupart sont partis de Pologne (835), suivis de Roumanie (549), de Hongrie (346) et de Slovaquie (300). Plus de 8.000 marocains étudient en Ukraine.

Plus tôt ce mois-ci, les plus de 12 000 Marocains vivant en Ukraine, pour la plupart des étudiants, ont été appelés à quitter le pays en raison de la menace d’invasion russe de ce pays d’Europe de l’Est. Plusieurs milliers avaient répondu, mais depuis l’invasion russe, plusieurs milliers de Marocains sont toujours piégés dans le pays.

Les ressortissants souhaitant quitter le pays ont été invités à se déplacer vers les pays frontaliers. Plus de 20 employés des consulats et ambassades du Maroc dans les pays frontaliers offrent un soutien aux Marocains qui souhaitent quitter l’Ukraine via des cellules d’accueil spéciales.

Le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita s’est entretenu aujourd’hui avec son homologue slovaque Ivan Korčok du passage sûr que les autorités slovaques offrent aux Marocains arrivant à la frontière depuis l’Ukraine.

La compagnie aérienne nationale Royal Air Maroc (RAM) effectuera demain trois vols pour rapatrier les Marocains bloqués depuis l’Ukraine. Un billet d’avion coûte 750 DH.

Le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger a dépêché une vingtaine de fonctionnaires consulaires, dont quatre anciens consuls généraux, pour assister et aider les équipes des ambassades marocaines déjà sur le terrain, à accueillir et fournir l’aide nécessaire aux Marocains dans les quatre pays limitrophes de l’Ukraine.

À LIRE  le Roi adresse un message de condoléances à la famille du journaliste Pierre Casalta

Les ressortissants mauritaniens peuvent également être évacués via les vols RAM, dans le cadre d’un accord entre le Maroc et la Mauritanie.