La compagnie aérienne low cost Ryanair a annoncé la suspension pour la saison estivale de 19 lignes à Lisbonne, dont deux vers la France et deux vers le Maroc, suite au refus du gouvernement portugais de distribuer les créneaux de vols « bloqués » par TAP Air Portugal.

La base de la spécialiste irlandaise du vol pas cher à l’aéroport de Lisbonne-Humberto Delgado n’accueillera durant l’été 2022 que quatre monocouloirs Boeing au lieu des sept prévus, ce qui y entrainera « la perte de 5000 vols, de 950.000 passagers, de 150 emplois et de 300 millions d’euros d’investissement ». Ryanair ne proposera donc pas dans la capitale portugaise les liaisons prévues vers Perpignan et Poitiers en France sur un total de 6 routes (Poitiers avait été annoncé début janvier), ainsi que celles vers Agadir et Oujda au Maroc (Fès et Marrakech ne sont pas affectées).

Sont également concernés cinq destinations en Espagne (Alicante, Lanzarote, Madrid, Saragosse et Ténériffe Sud), trois en Italie (Alghero, Bari et Palerme), deux en Grande-Bretagne (Birmingham et Bournemouth), deux en Allemagne (Karlsruhe/Baden-Baden et Memmingen), ainsi que les aéroports de Billund, Cracovie et Malte. Tous les passagers concernés par ces annulations recevront selon Ryanair des notifications par e-mail « d’ici la fin de cette semaine, avec la possibilité de remboursements ou de vols alternatifs vers/depuis Lisbonne pour l’été 2022 ».

Ces annulations « qui auraient pu être évitées » interviennent après de nombreuses tentatives de la part de Ryanair pour demander au gouvernement portugais d’intervenir dans la « libération de créneaux inutilisés par TAP à l’été 2022 ». Et elle explique dans un communiqué : alors que Ryanair continue de contribuer à la croissance et aux investissements au Portugal », la compagnie nationale TAP Air Portugal « a reçu 3 milliards d’euros d’aides d’État, a réduit sa flotte de 20%, a mis des milliers de personnes en congé et n’a libéré que moins de 5% de ses créneaux à Lisbonne, bloquant ainsi la croissance des autres compagnies aériennes ».

À LIRE  bourita: Le Maroc accompagne les efforts de la Libye pour la préparation des prochaines échéances électorales

Empêcher des concurrents comme Ryanair d’utiliser ces créneaux inutilisés aura donc « un impact négatif sur l’économie de Lisbonne », avec 5000 vols annulés (plus de 950.000 sièges en moins), trois 737 de moins (un investissement de 300 millions de dollars), la perte de 150 emplois « bien rémunérés dans l’aviation », et « plus de 250 millions d’euros de revenus touristiques perdus pour Lisbonne cet été ».

Michael O’Leary, CEO de Ryanair Holdings, dit « regretter ce désagrément inutile pour tous les passagers sur ces vols annulés, et la perte de 19 lignes en raison du blocage des créneaux inutilisés par TAP à l’été 2002, à Lisbonne. Ce blocage anticoncurrentiel des créneaux entrave la croissance et retarde la reprise du trafic, du tourisme et de l’emploi à Lisbonne. Nos derniers efforts pour demander de l’aide au Premier ministre António Costa ont donné lieu à un total de 0 réponses ».

Ryanair dit au passage être « déterminée » pour que les 3 avions et les 19 routes « reviendront à Lisbonne en octobre 2022 », car elle dispose de « suffisamment de créneaux en hiver » pour ces vols.

Source-Airjournal