En 2021, le Maroc a exporté plus de 7.000 millions d’euros vers l’Espagne soit une hausse de 14,6% de plus que l’année précédente, selon les données publiées par l’ambassade d’Espagne à Rabat.

Le pays alaouite a importé 9,500 millions d’euros de notre pays en 2021. 29,2% de plus que l’année précédente. Ces données représentent 2,1% de la part mondiale de l’Espagne dans les importations. La courbe commerciale entre les deux nations a une tendance positive depuis 2016, mais avec une légère baisse en 2020 en raison de la crise causée par Covid-19.

Cette même année, les exportations vers l’Espagne ont atteint 6,37 millions d’euros, contre près de 7 millions l’année précédente. Il en va de même pour les importations puisque celles-ci s’élevaient à 7,350 millions d’euros, alors qu’en 2019 les bénéfices obtenus étaient de 8,450 millions.

La Fédération espagnole des associations de producteurs exportateurs de fruits, légumes, fleurs et plantes vivantes (FEPEX) a calculé que les importations espagnoles de fruits et légumes frais du Maroc ont atteint 220,771 tonnes au premier semestre 2021. Ces chiffres représentent une amélioration de 2% par rapport à la même période l’an dernier.

Au cours des mois suivants, l’Espagne a importé 437.670 tonnes de fruits et légumes d’une valeur de plus de 650 millions d’euros. La tomate marocaine, après la pastèque, est le deuxième fruit le plus importé. Le marché espagnol compte près de 59 000 tonnes de ces produits, en plus de l’avocat, du kiwi et de la myrtille.

→ Lire aussi : Espagne : La coopération migratoire avec le Maroc est « parfaite », selon le ministre de l’Intérieur

À LIRE  Plus de 1,6 millions de travailleurs non-salariés immatriculés à la CNSS

Parmi les fournisseurs non européens, le Maroc s’est classé premier en 2021, suivi du Costa Rica et du Pérou. Entre janvier et avril de la même année, les pays non européens ont fourni à l’Espagne 51 % de ses importations totales de fruits et légumes frais.

Madrid est le premier partenaire commercial de Rabat et les échanges entre les deux territoires représentent près du tiers du commerce extérieur marocain. De son côté, le Royaume est le principal client africain de l’Espagne et son deuxième client mondial hors Union européenne.

Les importations communautaires du Maroc vers l’Europe ont atteint, en novembre 2020, un chiffre de près de 1,5 million de tonnes. L’UE a acheté plus de 770 000 tonnes de légumes, en augmentation de 4 % par rapport à 2019. Les aliments les plus achetés étaient les tomates et les haricots verts.

Au cours de la campagne de commercialisation 2019, 32.800 tonnes d’avocat ont été exportées. L’organisation internationale a importé 610.849 tonnes en 2020, soit 18% de plus que dans les mois précédant la pandémie. La pastèque, la framboise et les myrtilles étaient quelques-uns des principaux aliments apportés sur le continent depuis le pays africain.

La Commission européenne, dans son rapport sur les perspectives à court terme des marchés agricoles, met « la baisse de la production de tomates fraîches de 2 % en 2021 […] en raison de la baisse de 10 % de la production en Espagne, principal producteur de tomates de l’ Union européenne ». Grâce à cela, le Maroc a récupéré des parts du marché européen de cet aliment.

À LIRE  Le Maroc, une destination de choix pour les entreprises espagnoles

Selon l’Office des changes, « les importations marocaines en provenance d’Ukraine étaient estimées à 2,697 millions de dirhams en 2021 ». 42% de ces importations sont représentées par le blé, qui fait partie des nombreux produits qui deviennent de plus en plus chers. L’Afrique importe les deux tiers du blé qu’elle consomme de Moscou et de Kiev. Le prix de la tonne a augmenté de 15 dollars en janvier dernier et l’inflation devrait augmenter de 30 % à mesure que les attaques s’intensifient.

Avec-MAP-