actualités

plus de 15 000 israéliens se rendent au Maroc pour célébrer la Pessah

plus de 15 000 israéliens se rendent au Maroc pour célébrer la Pessah 2

Plus de 15.000 touristes israéliens sont venus célébrer au Maroc la fête de la Pâque juive, dite Pessah. Plusieurs hôtels à Essaouira et à Marrakech ont vu leurs réservations exploser. Un sacré coup de boost pour le tourisme marocain qui reprend finalement des couleurs après avoir été lourdement pénalisé par la pandémie.

Ainsi, de nombreux touristes israéliens rallient ou s’apprêtent à rejoindre le Maroc pour y célébrer la Mimouna, une fête populaire célébrée depuis de nombreux siècles par les communautés juives d’Afrique du Nord. Selon le site britannique The New Arab, ils seront quelque 2000 touristes israéliens qui devraient se rendre au Maroc ce mois-ci pour célébrer la Mimouna, qui marque la fin de la période de Pessa’h (la Pâque juive).

Au cours de cette fête, les fidèles juifs invitent leurs voisins, juifs et musulmans, à partager un repas afin de marquer la fin de la Pâque juive, sur fond de musique arabo-andalouse ou de chaâbi. The New Arab affirme que certains Israéliens sont déjà arrivés au Maroc. « Je suis venue au Maroc pour célébrer la Mimouna à Essaouira. Ma grand-mère, qui y vivait, m’a raconté beaucoup d’histoires sur les célébrations de la ville et j’ai hâte d’en être moi-même témoin », a déclaré Sarah, la trentaine, une touriste maroco-israélienne. « Je pense qu’aujourd’hui, le Maroc est un endroit plus sûr pour célébrer la fête », a-t-elle ajouté. Des propos recueillis par le journal.

Ces touristes fêteront également la Mimouna, une tradition héritée d’origine juive marocaine qui est célébrée chaque année marquant la fin de la Pessah. Au moins 10 hôtels ont été réservés et privatisés dans la ville ocre avec des séjours tout compris (hébergement, activités, restaurants, prière, etc.).

  Le Sahara au menu d’une rencontre entre Bourita et l’American Jewish Committee

Pour mémoire, la Mimouna, qui est un synonyme de retrouvailles, est célébrée pour marquer l’interruption de la Pâque, lors de laquelle les communautés juives évitent de manger à l’extérieur de chez elles, pour réduire le risque de manger du «hametz» ou du pain au levain.

Le lancement de lignes aériennes directes entre le Royaume et Israël, opérées par plusieurs compagnies, comme Royal Air Maroc, El Al et Israir, a en encouragé les touristes israéliens à se rendre de plus en plus au Maroc, qui a d’ailleurs un objectif annuel de 200 000.

Scroll al inicio