La Mimouna: La communauté juive marocaine à Essaouira a célébré, samedi, lors d’une cérémonie marquée du sceau de la convivialité et de la fraternité, la fête de la Mimouna, symbole de la coexistence entre Juifs et Musulmans dans le Royaume.

Placée sous le signe du partage et du vivre-ensemble qui font l’ADN de la Cité des Alizés, cette cérémonie, initiée par l’Association Mimouna, l’American Sephardi Federation, l’Association Essaouira-Mogador et la Zaouia Kadiriya à Essaouira, avec l’appui de l’USAID, s’est déroulée dans une ambiance festive et chaleureuse, au cours de laquelle Juifs et Musulmans se sont rassemblés dans l’enceinte de l’espace emblématique de Bayt Dakira.

Cette cérémonie vient confirmer une fois de plus, si besoin est, la forte communion judéo-musulmane dans cette cité millénaire, carrefour par excellence des civilisations et havre des valeurs universelles et de coexistence entre les différentes religions monothéistes, ainsi que l’attachement de la communauté juive à Essaouira aux traditions qui caractérisent la société marocaine.

Cette soirée, qui a mis en évidence la coexistence fraternelle qui existe entre les différentes confessions depuis des siècles dans le Royaume et la relation harmonieuse entretenue par les deux communautés, a été l’occasion de célébrer la culture judéo-marocaine sur fond de musique et de chants interprétés par des groupes de musiciens juifs et musulmans.

Dans une déclaration, Richard Ohayon, qui coordonne l’organisation de cette soirée et la Pessah, a expliqué que cette cérémonie, organisée dans l’espace emblématique de Bayt Dakira, qui raconte la mémoire et l’histoire d’Essaouira dans toute sa diversité, marque la fin de la célébration de la Pessah.

À LIRE  Bourita: “Le monde a choisi la diplomatie de club pour trouver des solutions aux défis de la pandémie”

Cette soirée a été aussi l’occasion pour Juifs et Musulmans à Essaouira de partager des mets et des moments de fraternité dans une ambiance festive, a-t-il poursuivi, soulignant que cette fête purement juive et marocaine, porteuse des valeurs de la croyance, témoigne de manière éloquente que la tolérance, le rapprochement des peuples et le vivre-ensemble sont possibles.

« Cette cérémonie est là pour le montrer. Qu’on soit Juif, Musulman ou Chrétien, au Maroc on est là pour donner l’exemple au monde entier que la fraternité et la tolérance existent entre les peuples et communautés et qu’on vit bel et bien ensemble », a-t-il souligné.

Abondant dans le même sens, le secrétaire général de l’Association Mimouna, Abdellah Ninou, a mis en relief la grande portée de cette fête qui intervient après 8 jours de célébration de la Pessah, expliquant que cette initiative s’inscrit dans le cadre des activités de l’association visant essentiellement à préserver la diversité du patrimoine et l’identité judéo-marocaine.

Et d’enchaîner qu’à travers ce genre d’actions, « nous œuvrons tous en vue de préserver et revivifier ce patrimoine important » et de célébrer une fête qui est toujours vivante depuis les années 1950 et 1960 au Maroc.

De son côté, Hicham Dinar, Moqadem de la Zaouia Kadiriya à Essaouira, a indiqué que cette activité traduit l’esprit des valeurs universelles de tolérance et de coexistence entre les différentes composantes de la société marocaine et les religions monothéistes.

Pour sa part, une juive marocaine établie à Casablanca, s’est réjouie de cette louable initiative, exprimant toute sa joie de prendre part à ce « grand jour » à Essaouira, qui a réuni Juifs et Musulmans pour célébrer à la fois le Ramadan et la fête de la Mimouna.

À LIRE  Covid-19/Maroc: 227 nouveaux cas enregistrés

Outre cette soirée, le programme de la célébration de cette fête comprenait aussi une visite guidée des sites juifs à l’ancienne médina (Synagogue Haïm Pinto, Synagogue Slat Lkahal, cimetière juif), ainsi qu’un Iftar collectif à la Zaouia Kadiriya et le partage de certains plats et mets de la fête de la Mimouna.