actualités

Les nonuplés Maliens nés au Maroc fêtent leur premier anniversaire

Les nonuplés Maliens nés au Maroc fêtent leur premier anniversaire 2

Les nonuplés maliens nés au Maroc fêtent leur premier anniversaire à Casablanca. Le couple est toujours épaulé par la clinique, mais attend de pouvoir rentrer au Mali.

Alors que leur naissance fut une première mondiale, au point que certains ont cru à un canular, les nonuplés du Mali fêtent leur premier anniversaire mercredi 4 mai. Les « bébés nationaux » du Mali – 5 filles et 4 garçons – sont nés d’une même grossesse, par césarienne, le 4 mai 2021 à Casablanca, au Maroc, dans une clinique privée. Une grossesse hors norme, à très haut risque pour la santé de Halima Cissé, de Tombouctou, comme pour celle des enfants nés à 6 mois de grossesse. Un an après, tout le monde se porte bien.

Après avoir passé, pour certains, plus de trois mois en couveuse avec des moments de grande inquiétude pour leur survie, les nonuplés, un an après, ont bien grandi. Ils découvrent à présent les joies de l’exploration à quatre pattes, et certains s’élancent même et tentent leurs premiers pas. Neuf enfants d’un an en bonne santé, cela fait forcément des parents épuisés :

« C’est le moment le plus difficile où ils ont besoin de beaucoup d’attention, explique le père, Abdelkader Arby. Quand ils commencent à bouger, il faut toujours être là. Quand ils commencent à vouloir aller de gauche à droite. »

Pour la première fois, toute la famille est au complet, car le couple, avant cette naissance exceptionnelle, avait déjà une petite fille, Souda, restée à Tombouctou pendant que sa maman Halima Cissé était transférée d’abord à Bamako, puis à Casablanca. Âgée de 3 ans, Souda a voyagé, mardi 3 mai, en provenance du Mali avec son père et a rencontré à Casablanca pour la première fois ses neuf frères et sœurs.

  Zones Oasis & Arganiers : ANDZOA valide son plan d’action 22-24

« C’était un moment de joie et en même temps de stress pour elle, dit le père en riant. Elle voulait sourire, mais était stressée aussi de les voir ensemble. Mashallah, c’était très très beau. »

Source;RFI

Ir arriba