Après le recours déposé par l’Algérie concernant d’éventuelles décisions arbitrales litigieuses au cours de son barrage retour de qualification à la Coupe du monde contre le Cameroun, la FIFA a répondu à la Fédération algérienne avoir examiné les situations pointées du doigt. Tout en confirmant le résultat du match, et ainsi la qualification du Cameroun.

C’est un coup dur pour les Fennecs, dont l’absence à la Coupe du monde 2022 est désormais actée. Nul ne sait si Djamel Belmadi, sélectionneur de l’équipe nationale d’Algérie, et la Fédération algérienne (FAF) croyaient encore à la possibilité d’un match à rejouer contre le Cameroun dans le cadre des barrages d’accession au Mondial, mais la FIFA semble en tout cas avoir enterré tout espoir.

« Nous regrettons, que selon vos appréciations, les décisions des arbitres aient pu influer négativement sur le cours de la rencontre, peut-on lire. Nous avons pris bonne note des éléments de votre courrier et nous pouvons d’ores et déjà vous garantir que l’ensemble des incidents survenus pendant le match ont été examinés avec soin par les deux arbitres video, conformément aux Lois du Jeu et du protocole d’assistance video à l’arbitrage. »

Même si un verdict en bonne et due forme est toujours en attente, le dossier parait donc être clos, au grand dam des supporters algériens qui croyaient fort en un verdict favorable, allant même jusqu’à manifester en nombre devant le siège de la FIFA à Zurich. Les Lions Indomptables, eux, peuvent préparer leur voyage au Qatar.

Djamel Belmadi, le sélectionneur de l’Algérie, n’a, lui non plus, toujours pas digéré l’arbitrage de cette folle rencontre. « J’estime, et 50 millions de personnes estiment, qu’on a été largement lésés, a-t-il déclaré le 2 mai dans Rothen s’enflamme sur RMC. Je veux juste dénoncer le nœud du problème, qui est l’arbitrage africain ». Quelques jours plus tôt, l’ancien footballeur a fait l’objet d’une plainte de la fédération gambienne pour avoir tenu les propos controversés suivants: « On ne verra plus jamais un arbitre comme ça mettre un mal un pays. Il a enlevé l’espoir de tout un peuple et on le laisse comme ça. Je ne dis pas qu’il faut le tuer ».

À LIRE  le Roi Mohammed VI commémore Laylat Al-Qadr bénie