L’Afrique est devenue la principale cible du groupe terroriste Daech, subissant 41% de toutes ses attaques de par le monde, a indiqué, mercredi 11 mai à Marrakech, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, M. Nasser Bourita.

“Daech détient l’infâme record de devenir le groupe terroriste le plus meurtrier du monde en 2021. L’Afrique, quant à elle, est devenue sa principale cible, subissant 41% de toutes les attaques de Daech dans le monde”, a affirmé M. Bourita à l’ouverture de la Réunion ministérielle de la Coalition mondiale contre Daech.

Le ministre a fait observer, à cette occasion, que par rapport à la période pré-pandémique, la violence a augmenté sur le Continent de 40 à 60% en termes de décès et d’attaques.

En 2021, a-t-il relevé, l’Afrique subsaharienne a enregistré 48% des décès dus au terrorisme dans le monde, soit 3.461 victimes, ce qui porte le nombre de morts à 30.000 au cours des 15 dernières années.

Le ministre a, en outre, fait remarquer que le Sahel abrite les groupes terroristes qui se développent le plus rapidement et qui font le plus de victimes dans le monde, précisant que que la région du Sahel compte 35% des morts dus au terrorisme dans le monde en 2021, contre seulement 1% en 2007.

“Le nombre de décès dus au terrorisme a augmenté de plus de 1.000 % entre 2007 et 2021 au Sahel”, a déploré M. Bourita, notant que l’Afrique de l’Ouest et le Sahel sont les régions les plus touchées du continent, avec plus de 1,4 million de déplacés à l’intérieur des pays en raison des affrontements meurtriers que connaît cette région du monde.

À LIRE  Violation de l’état d’urgence sanitaire: 65.352 personnes poursuivies en justice

M. Bourita a de même relevé qu’au cours de la dernière décennie, l’impact économique du terrorisme a coûté au continent une perte totale de 171 milliards de dollars, un montant qui aurait pu servir pour promouvoir le développement économique et social de la région.

“Aujourd’hui, 27 entités terroristes basées en Afrique sont inscrites sur la liste des sanctions du Conseil de sécurité des Nations Unies”, a-t-il poursuivi, soulignant qu’il s’agit là d’un indicateur clair de leurs liens avec les principaux groupes terroristes mondiaux.

La menace terroriste en Afrique a désormais atteint les côtes de l’Atlantique et ses voies maritimes, a mis en garde M. Bourita, affirmant que des liens entre le terrorisme et la piraterie sont apparus dans le golfe de Guinée, comme dans la Corne de l’Afrique et que les groupes terroristes cherchent également à contrôler les ressources naturelles.

Le ministre a soutenu, à cet égard, que cette réunion ministérielle suscite beaucoup d’espoirs et d’attentes, comme en témoigne la forte participation des pays africains, qu’ils soient membres ou observateurs de la Coalition mondiale, notant que les discussions doivent porter notamment sur l’impératif de faire montre d’une solidarité agissante à l’endroit du continent africain dans la lutte contre la menace posée par Daech.

L’accent doit être également mis sur la nécessité de promouvoir l’appropriation par les Etats africains de politiques et de stratégies antiterroristes efficaces et aussi sur l’importance de soutenir les initiatives nationales et sous-régionales existantes, telles que celles de la CEDEAO, a-t-il enchaîné.

M. Bourita a ajouté, à ce propos, que cette réunion marque une évolution substantielle de l’orientation stratégique de la Coalition, en s’appuyant sur trois tendances clés. D’abord, la consolidation de la défaite territoriale de Daech au Moyen-Orient “nous permet d’orienter davantage notre soutien vers le renforcement des capacités nationales dans la région”, a estimé le ministre, relevant aussi que “la stabilisation, le renforcement des capacités civiles et la communication stratégique figurent désormais en bonne place dans tous les aspects de l’engagement de la coalition à éradiquer Daech”.

À LIRE  Covid-19 : L’impression 3D à la rescousse

Enfin, a dit le ministre, la Coalition sera en mesure de hiérarchiser sa réponse à l’évolution de la menace terroriste dans d’autres régions du monde, sur la base d’une approche inclusive qui soutient les mécanismes nationaux et sous-régionaux existants.

Il a estimé, par ailleurs, que malgré ces développements positifs, l’optimisme prudent reste “l’un de nos principes directeurs”, d’autant plus que l’état de la menace de Daech n’a pas diminué.

“Notre évaluation commune de la montée dangereuse des menaces terroristes en Afrique a conduit à l’émergence d’une approche adaptée du soutien de la Coalition à l’Afrique”, a-t-il ajouté, notant que cette approche est incarnée par l’Africa Focus Group, codirigé par les États-Unis, l’Italie, le Niger et le Maroc – qui s’est réuni mardi, à Marrakech.

La coprésidence du Groupe par le Maroc offre une plateforme supplémentaire au Royaume pour partager les expériences tirées de sa stratégie holistique et intégrée de lutte contre le terrorisme, développée sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a souligné M. Bourita.