Le conseil de Bank Al-Maghrib (BAM) a maintenu inchangé le taux directeur a 1,5% a l’issue de sa 2ème réunion de l’année 2022, a annoncé mardi l’institution. Voici les principales conclusions de la réunion sur l’économie nationale, l’inflation, les finances publiques et les échanges extérieurs.

« Après le rebond remarquable de 7,9% enregistré en 2021, la croissance de l’économie nationale devrait, selon les projections de Bank Al-Maghrib, ralentir à 1% cette année puis s’accélérer à 4% en 2023 », indique la Banque Centrale dans un communiqué publié à l’issue de la deuxième réunion trimestrielle de son Conseil au titre de l’année 2022.

En raison des conditions climatiques défavorables, la production céréalière reculerait en 2022, selon les estimations du Département de l’Agriculture, de 69% à 32 millions de quintaux (Mqx), rappelle la même source.

Et de préciser que la valeur ajoutée agricole devrait ainsi chuter de 15% cette année avant de s’améliorer de 12,9% en 2023 sous l’hypothèse d’une récolte céréalière moyenne de 75 Mqx.

S’agissant des activités non agricoles, leur croissance devrait se consolider à 3,8%, favorisée par l’assouplissement des restrictions sanitaires, et retrouverait son rythme tendanciel en 2023 avec une progression de 2,8%, estime BAM.

Quant à l’’inflation, elle devrait atteindre 5,3% en 2022, avant de décélérer à 2% l’année prochaine, selon Bank Al-Maghrib (BAM).

« Au niveau national, tirés principalement par la flambée des prix des produits énergétiques et alimentaires ainsi que par l’accélération de l’inflation chez les principaux partenaires commerciaux, les prix à la consommation ont connu une hausse sensible au cours des quatre premiers mois de l’année avec une progression moyenne de 4,5% en glissement annuel.

À LIRE  Un hôpital financé par le roi Mohammed VI inauguré à Gaza

Cette tendance devrait se poursuivre à court terme, l’inflation devant atteindre, selon les projections de la Banque, 5,3% pour l’ensemble de cette année avant de décélérer à 2% en 2023″, indique BAM dans un communiqué publié à l’issue de la deuxième réunion trimestrielle de son Conseil au titre de l’année 2022.

La composante sous-jacente de l’inflation atteindrait 5,2% en 2022, puis reviendrait à 2,5% l’année prochaine, ajoute la même source.

Avec-MAP-