Le Maroc et l’Espagne ont eu recours en fin de semaine dernière à Melilla à « un usage excessif de la force » contre des migrants qui s’est traduit par « la mort de dizaines d’êtres humains », a dénoncé mardi le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric.

« C’est inacceptable » et ce drame « doit faire l’objet d’une enquête », a ajouté le porte-parole, lors de son point-presse quotidien, en précisant que le recours excessif à la force a été vu par l’ONU « des deux côtés de la frontière ».

« Je veux dire à quel point nous avons été choqués par les images de la violence vue à la frontière entre le Maroc et l’Espagne en Afrique du Nord ce week-end et qui a entraîné la mort de dizaines d’êtres humains, demandeurs d’asile, migrants », a-t-il dit.

« Les personnes qui migrent ont des droits humains et ceux-ci doivent être respectés et nous les voyons trop souvent bafoués », a insisté Stéphane Dujarric.

Plus tôt, une porte-parole du Haut-commissariat aux droits de l’homme, Ravina Shamdasani, avait réclamé à Genève l’ouverture d’une enquête indépendante après la sanglante tentative de passage en force de migrants dans l’enclave espagnole de Melilla située en territoire marocain.

A la demande du Kenya, le Conseil de sécurité de l’ONU doit tenir mercredi une réunion à huis clos sur les évènements survenus à Melilla.

Au moins 23 migrants ont péri et 140 policiers ont été blessés, selon les autorités marocaines, lors de la tentative d’entrée vendredi de quelque 2.000 migrants à Melilla. Ce bilan est le plus meurtrier enregistré lors des nombreuses tentatives de passage de migrants subsahariens de pénétrer à Melilla et dans l’enclave espagnole voisine de Ceuta.

À LIRE  Tourisme : la destination Maroc retrouve ses couleurs

Avec-AFP-