La police espagnole a annoncé ce 4 juillet avoir saisi pour la première fois des drones sous-marins à même de traverser le détroit de Gibraltar entre le Maroc et l’Espagne avec jusqu’à 200 kilos de drogue à leur bord.

Une opération qui a permis donc de saisir trois drones sous-marins ; dans le détail, deux en cours de fabrication et un presque terminé, selon la maréchaussée espagnole qui a précisé «qu’ils devaient être livrés à des trafiquants de drogue français pour le transport de quantités importantes de cocaïne».

Ces petits appareils submersibles, dirigés à distance, pouvaient être notamment utilisés pour acheminer de la drogue de part et d’autre du détroit de Gibraltar, a-t-elle poursuivi.

C’est la première fois que ce type d’appareils opérant sous l’eau sans équipage à leur bord (…) et connus sous le nom d’UUV (Unmanned Underwater Vehicle) — ou drones sous-marins — est saisi” par la police espagnole, selon le communiqué.

L’opération s’est terminée par l’arrestation de huit personnes à Sebta (1), Malaga (2) et Cadix (5) et la réalisation de huit perquisitions dans des maisons et des bâtiments industriels dans différentes municipalités des trois provinces mentionnées.

Au total, 157.370 euros, 10 véhicules et six drones équipés d’un maximum de douze moteurs et d’une autonomie de plus de 30 kilomètres ont été saisis. Six des huit personnes arrêtées et inculpées pour trafic de drogue et appartenance à une organisation criminelle ont été placées en détention provisoire, selon la police espagnole.

À LIRE  Le Chef du gouvernement lance officiellement le programme « Awrach » visant la création de 250.000 emplois

Avec-AFP-