actualités

Assilah se transforme en galerie d’art à ciel ouvert

Assilah se transforme en galerie d’art à ciel ouvert 2

A Assilah, les murs ont cédé leur blancheur à des artistes marocains, réalisant de magnifiques fresques transformant la ville en une véritable galerie d’art à ciel ouvert.

Sous le regard ravi des Zailachis et des visiteurs, onze artistes-peintres marocains de différentes générations et écoles de peinture dessinent, depuis le 30 juin, des fresques murales hautes en couleurs et en contrastes, qui ont égayé les murs des différentes ruelles et venelles de la Médina de cette cité balnéaire, à la faveur de la 43è édition du Moussem culturel international d’Assilah.

Abdelkader Laârej, Abdelkader Melehi, Narjiss El Joubari, Abderrafie Gueddali, Danae El Hadrouji, Choua El Kharraz Dickens, Youssef El Yedidi, Dalida Benseffaj, Mahacine Al Ahrach, Mohamed Amine El Kasbi et Noam Chaoudri ont tous répondu présent à l’invitation de la Fondation du Forum d’Assilah dans le cadre de l’atelier de peinture murale, organisé depuis 1978.

Ces artistes connus et reconnues pour les uns, en herbe pour d’autres, sont animés du seul désir de laisser leur empreinte sur les murs de la cité des arts.

Assilah se transforme en galerie d’art à ciel ouvert 3

Danae El Hadrouji y participe pour la deuxième fois, sa première a été en 2006 à l’atelier de gravure du Moussem. Elle travaille aujourd’hui sur la mémoire collective, puisant pour sa fresque murale dans ses souvenirs et les événements vécus des personnages réels côtoyés qu’elle amalgame à d’autres imaginaires.

Fascinée par la beauté et le charme d’Assilah, Danae a opté pour la couleur bleue en arrière-plan de sa fresque, qui évoque, dit-elle, la profondeur de la mer, un ciel calme ou encore l’envoûtante sérénité de cette ville balnéaire, tout en utilisant des couleurs chaudes et des traits ondulés pour présenter la dynamique touristique que connait la cité en cette période estivale, un mélange de couleurs qui donne au visiteur une sensation de gaieté et de fraicheur.

  Achraf Hakimi sacré meilleur sportif arabe de l’année

«Je suis tombée sous le charme de la douceur, du calme et de la sérénité que dégage cette ville, en particulier sa Médina, qui constitue une merveille d’architecture historique», dit cette lauréate de l’Institut national des beaux-arts (INBA) de Tétouan. Sa peinture murale invite le visiteur à un voyage exceptionnel dans un univers empreint de magie, de beauté et de mystères.

Mohamed Amine El Kasbi est chez lui à Asillah qu’il embellit de ses fresques murales, insufflant vie et mouvements aux murs de sa ville natale.

Assilah se transforme en galerie d’art à ciel ouvert 4

Sa fresque convoque évoque l’ancienne médina d’Assilah. Les formes rondes et les rectangles font référence aux portes, et les lignes renvoient aux portes en bois d’où se dégage un visage semi-réaliste pour casser la monotonie des formes, et donner vie et un peu de lumière à sa peinture.

A l’âge de 6 ans, il participait déjà à l’atelier des enfants du Moussem. L’année dernière a été celle de sa consécration par sa ville, exposant deux de ses toiles et réalisant sa première fresque murale.

Le secrétaire général adjoint de la Fondation du Forum d’Assilah, Taoufik Louzari, n’est pas peu fier. La ville d’Assilah a toujours été, dit-il, un melting-pot culturel qui réunit des artistes des quatre coins du monde marquant leur passage par différentes œuvres mémorables.

L’événement, organisé par la Fondation du Forum d’Assilah, sous le Haut patronage du Roi Mohammed VI, est marqué également par l’organisation de l’atelier de peinture murale pour les enfants d’Assilah, qui ont égayé les murs de la ville de magnifiques fresques peintes dans la gaité mère d’une créativité joyeuse.

  Fortes rafales de vent de dimanche à mardi dans plusieurs provinces du Maroc

D’autres activités culturelles et artistiques sont au menu de la 1ère session de cette édition. Un atelier de peinture du Moussem, deux expositions des artistes marocains Youssef El Kahfai et Mustapha Meftah, et une exposition d’œuvres réalisées par «les enfants du Moussem», et une autre consacrée aux jeunes artistes zailachis et de l’atelier «Créativité littéraire», au profit des élèves des collèges et lycées d’Assilah.

La session d’automne du Moussem se tiendra du 16 octobre au 5 novembre. Au programme, p plusieurs conférences et ateliers de sculpture et de peinture, l’ambition de l’événement étant d’insuffler une nouvelle dynamique artistique et culturelle à la région et à renforcer le rayonnement international d’Assilah, ville des arts et de la culture.

Avec-MAP-

Ir arriba