« Je pense que nous avons fait de grands pas au bon moment » a déclaré Kacem Bennani-Smires, PDG du groupe Delassus lors du Congrès mondial de la tomate qui s’est tenu récemment. Duroc, qui fait partie du groupe Delassus, cultive des tomates sur 450 hectares et conditionne également les tomates.

Kacem Bennani-Smires, PDG du groupe Delassus s’est confié sur la professionnalisation du secteur de la tomate au Maroc dans des propos relayés par Hortidaily : « Nous sommes devenus très professionnels très rapidement tout en restant compétitifs. »

Tomates : « Le Maroc n'est plus seulement compétitif sur le prix » 1
Kacem Bennani Smires et Abdelkhalak Torres de Duroc, qui fait partie du groupe Delassus.

Au départ, la tomate marocaine se distinguait par son prix compétitif, mais selon Kacem Bennani-Smires cela n’est désormais plus uniquement le cas. En termes de qualité, la tomate du Maroc est également un atout, et toutes les conditions périphériques sont bien prises en charge. « Au lieu d’envoyer simplement nos tomates à Perpignan, nous fournissons désormais beaucoup plus de produits préemballés toute l’année au Royaume-Uni et en Allemagne, par exemple » dit-il toujours à la même source.

Pour le PDG, le marché du Royaume-Uni a également été très bénéfique aux producteurs, permettant ainsi d’améliorer toujours plus la qualité : « Ils nous ont mis au travail pour obtenir des certifications, entre autres. » De ce fait la culture de la tomate est désormais ancrée au Maroc et s’avère être une culture pérenne malgré les prix en augmentation résultant de l’inflation actuelle.

Kacem Bennani-Smires rappelle que « Nous importons presque tout, des graines aux matériaux d’emballage plus cher » toutefois il rassure sur l’énergie et l’emprunte carbone : « Les kilomètres alimentaires ne représentent qu’une petite partie de l’empreinte carbone totale des aliments. Le gaz n’est pas vraiment un problème pour nous. »

À LIRE  Crise Libyenne: L’ONU salue le « rôle constructif » du Maroc !

En ce qui concerne l’eau, Kacem Bennani-Smires souligne l’importance de l’usine de dessalement d’eau de mer située à Agadir : « L’entrée en production d’une grande usine de dessalement à Agadir plus tard cette année est donc très importante pour le secteur là-bas. C’est une bénédiction. »

Le Maroc est effectivement une nation qui compte sur l’échiquier mondial de la culture de la tomate.

Source: Agrimaroc