Le Roi Mohammed VI a plaidé pour un Maroc et une Algérie travaillant, main dans la main, à l’établissement de relations normales.

« Nous aspirons à œuvrer avec la présidence algérienne pour que le Maroc et l’Algérie puissent travailler, main dans la main, à l’établissement de relations normales entre deux peuples frères, unis par l’Histoire, les attaches humaines et la communauté de destin », a souligné le Souverain dans Son Discours adressé, samedi soir, à la Nation à l’occasion de la Fête du Trône .

Le Roi a également assuré le peuple marocain de Sa ferme volonté de trouver une issue à la situation actuelle et de favoriser le rapprochement, la communication et la compréhension entre les deux peuples.

Le Souverain a, à ce propos, souligné une fois de plus que « les frontières qui séparent le peuple marocain et le peuple algérien frères ne seront jamais des barrières empêchant leur interaction et leur entente », émettant le souhait que « ces frontières se muent en passerelles permettant au Maroc et à l’Algérie d’accéder à un avenir meilleur et d’offrir un bel exemple de concorde aux autres peuples maghrébins ».

A cette occasion, le Roi a exhorté les Marocains à préserver l’esprit de fraternité, de solidarité et de bon voisinage qui les anime à l’égard de leurs frères algériens.

« D’ailleurs, Nous assurons ces derniers qu’en toute circonstance, le Maroc et les Marocains se tiendront toujours à leurs côtés », a soutenu SM le Roi, affirmant que les allégations selon lesquelles les Marocains insulteraient l’Algérie et les Algériens « sont le fait d’individus irresponsables qui s’évertuent à semer la zizanie entre les deux peuples frères ».

À LIRE  Deux fonctionnaires de police déférés devant le parquet pour faux et usage de faux à casablanca

« Ces médisances sur les relations maroco-algériennes sont totalement insensées et sincèrement consternantes », a déploré le Souverain, ajoutant qu’ »en ce qui Nous concerne, jamais Nous n’avons permis ni ne permettrons à quiconque de porter atteinte à nos frères et voisins ».