Les projets de dessalement d’eau de mer constituent des solutions incontournables pour pallier les épisodes de sécheresses, a souligné Afaf Zarkik, Research Assistant en économie au Policy Center for the New South (PCNS).

Mme Zarkik, qui était l’invitée de l’émission hebdomadaire “les Mardis du PCNS” placée cette semaine sous le thème “Comment le secteur agricole au Maroc est-il affecté par le changement climatique et quel est son impact sur le tissu social et économique?”, a mis en avant les projets phares de dessalement d’eau de mer qui fleurissent au Royaume pour assouvir les besoins croissants en eau potable des habitants.

Lors de cette émission qui s’est penchée sur l’impact des changements climatiques sur le secteur agricole et celui de la diminution des précipitations sur le tissu social et économique au Maroc, Mme Zarkik a mis en exergue le projet structurant de dessalement d’eau de mer d’Agadir, la station de traitement et de déminéralisation de Dakhla, mais également l’ambitieux projet de réalisation de la station de dessalement de l’eau de mer de la région de Casablanca-Settat.

Ces stations, qui profiteront également à des exploitations agricoles, constituent des solutions innovantes pour l’approvisionnement en eau, a-t-elle dit, relevant que la question fait partie des priorités nationales les plus importantes.

D’après Mme Zarkik, la bonne gestion des ressources hydriques constitue un enjeu de taille pour le développement durable, ajoutant que des mesures de gestion proactive de ces ressources s’avèrent primordiales dans ce sens.

Elle a également évoqué la possibilité de miser sur la technique de dessalement comme alternative, parmi d’autres, pour maintenir la sécurité alimentaire.

À LIRE  Signature à Rabat du Pacte pour la relance économique et l’emploi

“Les Mardis du PCNS” (Policy Center for The New South) se veut un rendez-vous hebdomadaire qui accueille des experts et des représentants des secteurs public et privé, de divers domaines, afin de discuter des sujets d’actualité sur la scène internationale et régionale.

Lancé en 2014 à Rabat avec plus de 40 chercheurs associés du Sud comme du Nord, le Policy Center for the New South (PCNS) offre une perspective du Sud sur les enjeux des pays en développement. Il vise à faciliter les décisions stratégiques et les politiques publiques relevant de ses principaux programmes : Afrique, géopolitique et relations internationales, économie et développement social, agriculture, environnement et sécurité alimentaire et matières premières et finance.