La ville de Rabat accueillera du 28 novembre au 3 décembre prochains les travaux de la 17è session du Comité intergouvernemental pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, apprend-on auprès de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

« Le Maroc a généreusement proposé d’accueillir la prochaine session du Comité intergouvernemental pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, du 28 novembre au 3 décembre 2022 à Rabat », indique l’organisation onusienne sur son site Internet, relevant que le Bureau du Comité a approuvé cette offre avec « enthousiasme » en juin.

« L’UNESCO remercie le Maroc d’avoir proposé d’accueillir le Comité, permettant ainsi à la communauté du PCI de se réunir au complet à Rabat en novembre prochain après deux années consécutives de modalités en ligne »

Parmi ces douze éléments, le Maroc fait partie de trois fichiers multinationaux qui incluent un nombre élevé de pays de la région : «Palmier dattier : connaissances, compétences, traditions et pratiques», «Calligraphie arabe : connaissances, compétences et pratiques» et «Connaissances, savoir-faire et pratiques relatifs à la production et à la consommation du couscous».

Le comité est chargé notamment de promouvoir les objectifs de la Convention de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, de donner des conseils sur les meilleures pratiques et de formuler des recommandations sur les mesures de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel est un traité de l’UNESCO adopté par la Conférence générale de l’organisation onusienne le 17 octobre 2003 et entré en vigueur en 2006.

À LIRE  Six films marocains en lice pour les prix du Festival international du film d’Amman

Elle a pour objectifs de veiller à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, au respect du patrimoine culturel immatériel des communautés, des groupes et des individus concernés, à la sensibilisation aux niveaux local, national et international à l’importance du patrimoine culturel immatériel et de son appréciation mutuelle et à la coopération et l’assistance internationales en la matière.