La rentrée scolaire 2022-2023 est placée sous le signe de la réforme du système éducatif, l’objectif étant d’améliorer la qualité de l’école marocaine impactée par la crise sanitaire liée à la Covid-19, a indiqué, mardi à Rabat, le ministre de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports, Chakib Benmoussa.

Malgré les efforts déployés par le ministère de l’Éducation pour assurer la continuité du service de l’enseignement et l’achèvement du programme scolaire, l’école marocaine a été impactée par les répercussions de la Covid-19 en termes de calendrier scolaire et d’acquis des élèves, a souligné M. Benmoussa lors d’un point de presse sur les données et l’actualité relatives à la rentrée scolaire 2022-2023.

La nouvelle rentrée scolaire fait l’objet de multiples défis, notamment en matière d’égalité et de qualité, a relevé M. Benmoussa, ajoutant qu’il est primordial d’améliorer la qualité de l’école marocaine et d’en faire un objectif ultime, à travers la mobilisation de tous les efforts afin de garantir un enseignement de qualité offrant à tous les enfants les mêmes chances.

Et d’ajouter: « La particularité de cette rentrée scolaire réside dans le thème choisi ‘Une école de qualité pour tous’ », soulignant l’importance d’assurer cette année le calendrier scolaire et d’accorder aux élèves un soutien éducatif dans l’objectif de remédier à leurs difficultés d’apprentissage et de réduire les inégalités entre eux, tout en assurant une veille sur l’état de la propagation de la pandémie.

Sur fond des défis précités, le ministère a élaboré un projet de feuille de route, définissant les axes de réforme au titre de l’année 2022-2026, et ce, dans l’objectif de mettre en place un cadre de travail clair et harmonieux, a soutenu M. Benmoussa.

À LIRE  La Réunion du CPS de l'UA sur le Sahara, un « non-événement » pour le Maroc (Bourita)

Ces axes, poursuit-il, visent à orienter les efforts de toutes les parties prenantes en faveur des priorités bien définies, des objectifs clairs et des mesures concrètes à fort impact sur la qualité d’apprentissage des élèves.

Dans ce sens, M. Benmoussa a souligné que trois objectifs ont été fixés pour cette rentrée, dont l’importance de garantir l’éducation à tous les enfants en âge de scolarisation, de poursuivre le chantier de l’instruction obligatoire et d’accorder la priorité au préscolaire et au primaire, d’améliorer le niveau de maîtrise des élèves des apprentissages et garantir l’acquisition des connaissances et des compétences nécessaires et de renforcer l’ouverture des élèves et leur sens des valeurs.

Conformément au principe de la démocratie participative et dans l’objectif d’édifier de manière collective et conjointe le projet de feuille de route, le ministère a organisé des concertations nationales élargies, en vue de créer des espaces d’échange et de partage, ainsi que d’investir dans l’intelligence collective des différents acteurs et partenaires, a expliqué le ministre.

Il a noté que cette dynamique de concertation nationale, qui a été marquée par la participation de 100.000 personnes, a pour but d’enrichir le projet et de définir les mesures concrètes à mettre en œuvre.

L’effectif total des élèves de l’enseignement public et privé, dans les trois cycles de l’enseignement, a atteint un total de 7.900.000 inscrits au titre de l’année scolaire 2022-2023.

Les établissements scolaires publics ont accueilli un total de 6,9 millions d’élèves, qui seront encadrés par plus de 290.000 enseignants répartis sur environ 11.000 établissements, dont 7.000 en milieu rural.

À LIRE  Rentrée scolaire: Les recommandations de la SMMU pour une reprise sécurisée

En application de la stratégie visant la généralisation de l’enseignement préscolaire, comme étant un élément essentiel pour l’amélioration du système éducatif, pas moins de 26.000 classes ont été aménagées à cet effet dans les établissements de l’enseignement public primaire, dont 18.000 en milieu rural, afin d’accueillir près de 525.000 enfants, avec une hausse de 14% (63% en milieu rural).

Le ministère fait état de la mobilisation de 26.000 enseignants pour la réussite de ce chantier, dont 8.400 nouvellement formés dans le cadre du partenariat unissant le ministère et la Fondation marocaine pour la promotion de l’enseignement préscolaire.

Avec-MAP-