Brahim Saadoun, le jeune prisonnier de guerre marocain libéré dans le cadre d’un échange entre Moscou et l’Ukraine, a dit vouloir «attirer l’attention sur la situation difficile en Ukraine et la lutte de son peuple», à son retour au Maroc samedi soir.

«Je suis heureux de rentrer à la maison après être passé par des moments très difficiles «, a déclaré l’étudiant de 21 ans dans une interview à l’AFP, au domicile de ses parents dans un quartier populaire de Casablanca.

«Je veux attirer l’attention sur la situation difficile en Ukraine et la lutte de son peuple en cette période douloureuse», a-t-il plaidé.

Cet étudiant ingénieur en aéronautique, établi en Ukraine depuis 2019, a recouvré la liberté mercredi avec neuf autres prisonniers de guerre étrangers — dont cinq Britanniques et deux Américains — dans le cadre d’un échange entre Moscou et Kiev favorisé par une médiation saoudienne.

Le père de l’étudiant libéré a tenu à redire toute sa gratitude envers le roi Mohammed VI, et a exprimé sa joie de prendre, enfin, son fils dans ses bras après des mois de souffrance et de détresse. «Mon fils est enfin rentré à la maison, notre joie est immense. J’en profite pour exprimer toute ma gratitude à Sa Majesté le Roi Mohammed VI, c’est grâce à son intervention que Brahim est avec nous aujourd’hui», a déclaré Tahar Saadoun.

Brahim Saadoun, qui a combattu dans l’armée ukrainienne, avait été condamné à mort le 9 juin dernier pour mercenariat par les autorités séparatistes prorusses à Donetsk (est de l’Ukraine). Il avait été capturé aux côté de deux Britanniques, Aiden Aslin et Shaun Pinner, également accusé des mercenariat.

À LIRE  covid-19: 4.435 nouveaux cas et 19 décès

Après le procès du jeune homme, le gouvernement marocain avait précisé que Brahim Saadoun «a été capturé portant l’uniforme de l’armée de l’Etat d’Ukraine» et qu'»il se trouve actuellement emprisonné par une entité qui n’est reconnue ni par les Nations unies ni par le Maroc».

Avec-AFP-