Fès va accueillir le 9ème Forum mondial de l’Alliance des civilisations des Nations Unies les 22 et 23 novembre prochain, une annonce faite à New York, à l’issue d’une rencontre entre le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, et le Secrétaire général adjoint, Haut-Représentant pour l’Alliance des civilisations des Nations Unies (UNAOC), Miguel Angel Moratinos.

Selon un communiqué conjoint, le Haut-Représentant de l’UNAOC a exprimé ses remerciements les plus sincères à SM le Roi Mohammed VI pour avoir accepté de tenir au Maroc cet important événement international, soulignant que le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, compte y assister.

M. Moratinos a en outre fait part de sa gratitude pour le leadership et le soutien du Souverain à cet important événement prévu à Fès, ville réputée pour son « caractère ancestral et son symbolisme spirituel ».

« La tenue du 9ème Forum mondial de l’UNAOC sous le haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et les efforts conjoints des Nations Unies et du Maroc garantiront son succès », a-t-il affirmé.

M. Bourita a, pour sa part, affirmé que ce rendez-vous mondial entend aborder de « nombreux enjeux transversaux et mondiaux avec un accent particulier sur l’Afrique, un continent qui n’occupe pas encore la place qui lui revient en matière d’action collective et de mobilisation mondiale ».

« Le choix du Royaume du Maroc, et en particulier de la ville historique de Fès pour accueillir cette édition du Forum mondial de l’UNAOC n’est pas une coïncidence », a-t-il ajouté à cet égard.

À LIRE  Le salon international “Al Omrane Expo Marocains du Monde” fait escale à Madrid

Le Forum mondial de l’Alliance des Civilisations des Nations Unies se tiendra dans un contexte mondial extrêmement difficile marqué par une multitude de défis mondiaux, allant de la montée en puissance de l’extrémisme violent, du terrorisme, de la xénophobie, du discours haineux au racisme, à la discrimination et au radicalisme.

Par conséquent, la quête de la paix, de l’unité et de la solidarité enracinées dans le respect mutuel, la dignité humaine et la compassion, n’a jamais été aussi pressante, relève-t-on.