actualités

Les contrôleurs aériens renoncent à la grève

Les contrôleurs aériens renoncent à la grève 2

Les contrôleurs aériens marocains ont accepté de reporter leur grève du zèle, qui devait débuter samedi après-midi et durer deux semaines.

Alors que Marrakech se prépare à accueillir l’assemblée générale du Conseil International des Aéroports (ACI) dans quinze jours, la rencontre le 6 octobre 2022 à Rabat entre le gouvernement et le Bureau national unifié des contrôleurs de la circulation aérienne du Maroc, affilié à la CDT, a eu le résultat espéré. La grève des aiguilleurs du ciel, annoncée à partir de samedi et qui devait impliquer « un service minimum dans l’intégralité de l’espace aérien marocain pour une durée de 15 jours », a été reportée – tout comme la réunion de l’ONDA (Office national des aéroports) qui devait se tenir ce vendredi. Une nouvelle rencontre est prévue mardi prochain entre le syndicat et les ministres des Transports et de l’Emploi.

Le syndicat avait appelé à ce mouvement mardi dernier, annonçant l’arrêt de « toute fourniture des services de la circulation aérienne dans l’ensemble des aéroports et de l’espace aérien marocains » – avec les exceptions habituelles concernant « les vols du Palais royal, des vols d’État et militaires, ainsi que les vols sanitaires, à caractère purement humanitaire ou participant à des opérations de recherche et de sauvetage ». Les contrôleurs aériens affirmaient avoir « montré un niveau très élevé de maturité et de sagesse lors des rencontres avec l’administration, mais malheureusement les négociations sur l’accord du 3 août 2022 et les points restants du protocole d’accord de 2019 et de son annexe se sont soldés par un retentissant échec ».

  La fortune des 10 plus riches a doublé avec le Covid, le reste du monde s'est appauvri

Les contrôleurs avaient en particulier accusé l’ONDA de « bafouer » des règles et procédures, de viser quatre de ses membres et de vouloir « condamner un mouvement social et se venger de tout le corps des contrôleurs ». Le prochain conseil de l’Office des aéroports devrait donc intégrer « certaines des demandes » des contrôleurs aériens, souligne le Bureau unifié. « A titre de rappel, nos aiguilleurs du ciel n’ont pas de nouvelles demandes en dehors de l’application de l’accord de 2019 signé par les deux parties (ONDA), dont les termes prévoient une prime ATM d’un montant de 5000 dirhams, une prime de licence et, enfin, la création d’un statut particulier pour la profession ».

Ir arriba