actualités

Global Money Week: près de 2 millions d’enfants bénéficiaires depuis 2012

Global Money Week: près de 2 millions d’enfants bénéficiaires depuis 2012 2

Le Wali de Bank Al-Maghrib (BAM), et président de la Fondation Marocaine pour l’Éducation Financière (FMEF), Abdellatif Jouahri, a indiqué, mercredi à Rabat, que la « Global Money Week » (GMW) a permis de toucher au Maroc depuis 2012, près de 2 millions d’enfants et de jeunes en présentiel ou à distance, représentant plus de 87% des élèves des établissements scolaires.

S’exprimant lors de la cérémonie de célébration du 10ème anniversaire de la « GMW », événement visant à rapprocher les enfants et les jeunes du monde de la finance, M. Jouahri a mis l’accent sur les résultats de plusieurs enquêtes sur la culture financière, dont l’enquête mondiale menée en 2014 par « Standard & Poor’s » sur les niveaux de culture financière, selon laquelle seulement un tiers des adultes dans le monde comprend les sujets financiers de base.

Dans le même sens, il a fait savoir que selon une étude conduite au Maroc en 2021, plus de 40% des adultes non bancarisés ont déclaré ne pas être en mesure d’utiliser sans aide un compte auprès d’une institution financière.

Les enquêtes sur la culture financière conduites à travers le monde démontrent que le niveau des jeunes de 18 à 29 ans est inférieur à celui des adultes, a-t-il poursuivi, notant que même quand ils détiennent et utilisent déjà des moyens de paiement, ou des produits d’épargne, ils sont très peu initiés aux questions financières.

Il a également fait observer que pour les plus jeunes, la situation est toute aussi délicate à travers le monde, citant le rapport de l’enquête « Pisa » 2018, qui a révélé qu’un élève sur 4, et 1 sur 7 dans les pays de l’Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE) s’avèrent incapables de prendre des décisions même simples liées aux dépenses quotidiennes.

  LE DÉPISTAGE GÉNÉRALISÉ À TOUS LES LABORATOIRES

De même, à peine 10% atteignent le plus haut niveau de connaissance financière en moyenne dans les pays de l’OCDE, de plus, même si un adolescent sur 2 détient un compte dans une institution financière ou une carte de paiement, seulement 1 sur 3 possèdent les compétences nécessaires pour interpréter un relevé bancaire.

M. Jouahri a également rappelé les résultats de l’enquête sur la capacité financière conduite avec la Banque mondiale en 2014, qui ont démontré que plusieurs lacunes en compétences financières chez les adultes trouvent leur origine dans l’enfance et le jeune âge.

A cet effet, il a précisé que l’éducation financière constitue à la fois un levier important de protection de la clientèle et d’inclusion financière visant le renforcement de la résilience et du bien-être financier des citoyens.

Il a ainsi mis en avant le rôle de la FMEF, en tant qu’instance qui s’est donnée pour principales missions de fédérer les efforts engagés séparément par les différents intervenants en vue de développer des attitudes financières des citoyens à travers les actions définies dans le cadre du plan stratégique adapté.

A cet égard, il a relevé que dès son premier plan stratégique 2014-2018, la Fondation a identifié les enfants et les jeunes comme cible prioritaire et permanente de ses programmes, vu que toutes les études s’accordent sur la nécessité de débuter cette initiation dès le plus jeune âge, afin d’ancrer les bons réflexes et les comportements sains.

En effet, a-t-il poursuivi, les décisions financières prises par les jeunes ne manqueront pas d’impacter leur vie à différentes étapes d’autant plus que le développement rapide des services financiers et l’ampleur de plus en plus marquée de facteurs exogènes rendent plus difficile encore la gestion des finances personnelles et professionnelles pour cette catégorie de citoyens.

  Le HCP lance une plateforme de soutien scolaire

Évoquant l’orientation stratégique de la FMEF, M. Jouahri a fait savoir qu’elle se résume en « solidarité, inclusion, innovation, agilité », notant que chaque édition apporte des nouveautés en actions proposées et initiatives engagées, ce qui permet une évolution continue aussi bien des effectifs bénéficiaires que des nouvelles catégories incluses.

Dans ce sens, il a souligné que les efforts de la fondation et des parties prenantes concernées se sont focalisées en priorité sur l’intégration des modules d’éducation financière dans des programmes d’éducation, ajoutant à cet égard que des expériences pilotes ont été conduites avec le ministère de l’Éducation nationale, qui ont fait que désormais l’éducation financière est officiellement dans les curriculums pour le primaire, un fait majeur dans notre système d’éducation. Par ailleurs, le Wali de BAM a considéré que les résultats sont certes encourageants, mais ils demeurent insuffisants compte tenu de l’importance et des besoins de l’éducation financière.

A cet égard, BAM a convenu avec l’appui technique de l’OCDE à la conduite d’un baromètre de mesure de la capacité financière qui nous enseignera sur les écarts à réduire en termes de connaissances et de compétences financières des citoyens, dont les résultats seront disponible durant le premier semestre de 2023.

Avec-MAP-

Ir arriba